Après 3 semaines d’auditions, des auteurs de la proposition de loi, des élus locaux, des représentants de l’Etat du Département de Guadeloupe, des représentants d’usagers de l’eau et des représentants d’associations de défense de la faune et de la flore, j’ai présenté au Sénat mon rapport et mes prescriptions pour mes collègues, en commission des lois, sur la proposition de loi rénovant la gestion des services publics d’eau et d’assainissement en Guadeloupe.
Puis mercredi 10 mars, en séance publique au Sénat, je suis donc intervenue en qualité de Rapporteur de la commission des lois du Sénat, dans le cadre de l’examen, en séance publique, de ladite proposition de loi.
Dans mon intervention, en discussion générale, j’ai notamment appelé l’État à « se montrer à la hauteur de l’enjeu et jouer pleinement le rôle de facilitateur qui lui incombe ».