COMMUNIQUE

Toulon, le 13 octobre 2017

Feux de forêts : pour Françoise DUMONT, l’Etat doit s’engager dans les faits au lieu de se désengager financièrement.

Au lendemain de l’hommage rendu aux sapeurs-pompiers et plus largement à tous les agents de la sécurité civile engagés sur les fronts des feux de forêts ou des intempéries que la France métropolitaine et d’Outre-Mer a connus ces dernières semaines, une mise au point s’impose.

Prenons l’exemple des SDIS (Services Départementaux d’Incendie et de Secours) pour illustrer le désengagement budgétaire de l’Etat, qui cherche à masquer ce rabotage par des effets d’annonce. Le retrait de l’Etat pour 2017 est édifiant. Quand on connaît les difficultés que rencontrent ces entités entièrement financées par les collectivités pour boucler leur budget, on est en droit de se poser des questions qui ne vont sûrement pas dans le sens de la communication élyséenne récente.

Les acquisitions de gros porteurs annoncées depuis la fin du quinquennat précédent par différents responsables politiques ne règlent en rien le problème opérationnel quotidien que les SDIS doivent gérer au niveau de leurs budgets de fonctionnement et d’investissement.

Pour 2017 par exemple, pour les trois départements du Sud-Est, l’Etat est en retrait de 600.000 euros pour le Var, 686.000 euros pour les Bouches du Rhône et près de 500.000 euros pour les Alpes-Maritimes. Cette ahurissante économie est réalisée à travers la baisse consternante des crédits « sécurité civile » alloués aux Conseils départementaux. Ajouté aux baisses des dotations aux communes qui sont collectivement l’autre canal de financement des SDIS, ce désengagement concret de l’Etat est masqué par une communication d’hommage d’une hypocrisie sans nom.

Sur le terrain, les SDIS ne savent pas comment boucler leur budget. Les premières économies vont dans le non-remplacement et des postes et des véhicules d’intervention. Le matériel ne peut être modernisé et le déficit en performance matérielle n’a de compensation que dans l’abnégation de personnels dévoués mais souvent à bout lors d’événements importants.

Pour le seul département du Var, le surcoût relatif aux incendies du mois d’août 2017 sera de l’ordre de

2 millions d’euros. La baisse de dotation du Département lui-même ponctionné par une sorte de retenue à la source est donc de 600.000 euros.

Si des acquisitions de moyens aériens sont louables bien qu’en grande partie inadaptés en l’état aux besoins réels des sapeurs-pompiers en phase de combat sur le front des incendies de forêts, la situation des SDIS sur le plan budgétaire et donc opérationnel est de plus en plus inquiétante.

Il est grand temps que l’Etat en finisse avec ses effets d’annonce et de « tout-communication » et joue pleinement son rôle de garant de la sécurité et de la protection civiles pour l’ensemble des territoires de France.